Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

L'étrange disparition d'Esme Lennox

9782714443342R1Editions Belfond 232 pages

Traduit de l'anglais (irlandais) par Michèle Valencia

Note de l'éditeur

Entre l'Inde et l'Écosse, des années 1930 à nos jours, l'histoire déchirante d'une femme enfermée, rejetée de la société et oubliée des siens. Un roman d'une beauté troublante, où s'entremêlent des voix aussi profondes qu'élégantes pour évoquer le poids des conventions sociales et la complexité des liens familiaux, de l'amour à la trahison.

Peu à peu, de paroles confuses en pensées refoulées, vont ressurgir les terribles drames d'une vie volée...  

 

Mes impressions de lecture

 Iris est contactée par le responsable de l'asile de Cauldstone. L'asile doit fermé ses portes et Iris est sollicitée pour s'occuper d'une patiente sa grande tante Esme (la soeur de sa grand mere Kathleen Lennox) dont l'existence lui est inconnue car sa famille ne lui en jamais parlé.

 

Esme est internée depuis l'age de 16 ans suite à la demande de sa famille. Face à sa parente Esme, Iris comprend très vite qu'elle n'est pas folle et la sort de l'asile où elle est enfermée depuis 60 ans pour l'installer chez elle. La rencontre de ses deux personnages nous entraine dans les récits de la vie de ces deux femmes.

 

 Avec Esme, c'est un retour en arrière sur les traces de son enfance dans les années 30 en Inde et dans sa famille à Edimbourg, peu comprise par sa famille Esme est très proche de sa soeur de Kitty, la grand mère d'Iris.  Iris quant à elle très perdue dans sa vie amoureuse entoure Esme d'attention et d'affection, ce qu'elle est loin d'avoir connu lors de ses 60 ans d'internement.. Elles deviennent complices.

 

Ce livre décrit qu'au début du siècle sans raison valable, des femmes étaient internées à cause de comportements hystériques sur décisions de leur maris, famille-Diagnostiquer comme folle, l'asile et les soins intensifs devenaient le quotidien de ces femme et, leur laissaient peu de chance d'en sortir un jour. Ultime deshumanisation la perte d'identité Esme est rebaptisée Euphémia par ses soignants, exclue elle s'installe dans la solitude. Elles étaient loin toutes d'être folles mais leur comportement bien souvent non tolérées incitaient leur proches à les faire enfermer à vie.

 

Maggie O' Farell a écrit une histoire sensible sur l'une de ses femmes, un roman sur la vie volée d'une femme, sur la méchanceté de son entouragà l'origine de son internement

comment peut on faire enfermer une personne aussi simplement et la cacher, sans penser aux conséquences ???? 

Aussi quand Esme sort de l'asile c'est  la vérité qui est au rendez vous car aucun acte n'est réalisé gratuitement .La fin du roman est poignante.

 

Le style de Maggie O'Farell demande de l'attention , il m' a fallu relire certains passages pour éviter les confusions notamment lorsqu'elle écrit les pensées de son héroine Esme et celle de sa soeur Kitty en les faisant se chevaucher.  C'est un livre que j'ai lu avec beaucoup d'intéret et que je recommande.

 

Si vous avez des suggestions à me faire et surtout des idées de lecture sur ce thème, n'hésitez pas à me laisser vos idées et commentaires. Lisez également le billet de Sarah

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dasola 18/03/2011 12:21



Rebonjour, j'ai dit tout le bien que je pensais de ce beau roman le 17/05/08. On ne peut qu'être touché par cette histoire tragique. Une existence entière complètement gâchée. Bonne journée.



nathalia 19/03/2011 22:02



Oui j'avais vraiment aimé ce roman, et j'irais volontiers ton commentaire!