Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

La bouche qui mange ne parle pas - Janis Otsiemi

86 photo prodUne nouvelle découverte grâce à logobob01. Un polar d'un auteur gabonais Janis Otsiemi. Un polar bien typé  et trempé. Ce n'est pas d'un coté les tueurs et de l'autre les enquêteurs, l'histoire est plus réaliste.

 

Solo vient de sortir de prison après trois ans de détention. Il retrouve son cousin Tito, qui trempe dans des affaires douteuses mais juteuses. Solo reprend aussi contact avec ses potes et connaissances de toujours à Libreville. L'ambiance du quartier est très présente, beaucoup de personnages au prénom qui sonne juste Kenzo, Tito,  Joe, Fred, Jimmy, Dodo. A nouveau Solo va s'embarquer dans des occupations douteuses d'abors avec Tito et Youssef, puis avec Kenzo et Babette dans une autre arnaque.

 

En face, une équipe de policiers de la PJ : Koumba et Owoula les enquêteurs sous l'autorité du colonel Tchicot. Ils sont sur la piste de meurtriers d'enfants, qui kidnappent des jeunes pour des meurtres rituels pratiqués par des marabouts, et poursuivent des trafficants en tout genre de faux monnayeurs à des braqueurs de banques. Toutefois, les méthodes employées par cette police sont toutefois aussi violentes que les délits des malfrats qu'ils recherchent. Quand le pouvoir prend le dessus sur la raison humaine, voila ce qui se passe.

 

L'intrigue est tres diffuse, car les histoires s'enchainent les unes après les autres et tournent autour du personnage principal Solo. On comprend assez vite, que le traffic est courant dans le milieu de Solo et que tous vivent de cette manière là en essayant d'échapper à l'injustice de la société et de celle de la police aux risques d'y laisser leur vie, surtout quand les forces de l'ordre sont aussi pourris que les malfrats qu'ils poursuivent. 

 

 J'ai réellement apprécié l'écriture de l'auteur et les expressions très imagées, qu'il emploie et qui se comprennent facilement. Ca rend l'histoire incisive et très forte et brute, et cela donne un rythme rapide. Le seul bémol est peut être qu'il y a trop de personnages, et que leur personnalité est éffleurée, notamment celle de Solo, la priorité est donnée à l'intrigue. Une vision juste et sociale dans ce polar, efficace et lucide. 

 

Merci aux Editions Jigal et à BOB pour cette belle découverte!

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R


Ça semble super intéressant !!


merci !



Répondre