Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

Quand nous étions orphelins- Kazuo Ishiguro

ishiguro  

 

Difficile de lâcher mes livres pour bloguer en ce moment. Enfin, il suffisait de cette rencontre avec Ishiguro avec Auprès de moi toujours pour me plonger dans un deuxième roman de cet auteur, sans décéption. J'ai ouvert ce roman sans savoir qu'il me conduirait en Orient; Ishiguro réussit à mêler avec brio l'idée de l'orient et l'occident. 

 

 

Tout démarre dans le Londres victorien des années 30 , Christopher Banks s'installe dans le quartier de Kensington, un petit appartement meublé à l'ancienne (sans oublier le service à thé de rigueur pour recevoir). Sa tante vient de décéder  et il a hérité de quoi vivre chichement. 

 

Il aspire surtout à devenir détective et s'immerge dans la bonne société anglaise. Au fil des années, à force de travail et d'enquêtes résolues avec brio, il se fait une belle réputation et obtient la renomée qu'il escomptait. Grandement sollicité, de récéptions en cocktails mondains, Christopher fait connaissance avec Sarah Hemings, une mondaine assez superficielle, l'entente n'est pas cordiale au début de leur relation.

 

Jusqu'au moment ou ils se découvrent orphelins, tout deux on perdu leurs parents très jeunes, et Sarah réussit à réveiller les souvenirs de Christopher. Il a grandi à Shangai, à l'époque ou cet endroit etait une concession internationale, partagée entre les USA, la France, l'Angleterre et le Japon.

 

A l'âge de huit ans, Christopher a perdu son père, kidnappé, puis quelques semaines après sa mère disparait. Face à ces dangers, Christopher gagnera l'Angleterre, sans connaître la vérité sur le sort de ces parents. Pourtant de cette période, Christopher garde en mémoire, son jeune compagnon de jeu Akira, d'origine japonaise. En 1937, alors que la tension internationale gronde, Christopher Banks gagne Shangai pour tenter de retrouver la piste de ses parents.

 

Alors que le roman démarre sur une ambiance british vintage, Londres s'éloigne pour laisser la place à Shangai, lieu assez trouble. Les souvenirs de Christopher permettent d'évoquer une époque dorée, comme peut l'être celle de tout enfant se sentant en sécurité au sein de sa famille.

 

Christopher se remémore ses jeux d'enfants avec le jeune Akira, deux enfants de culture différente très complices dans leurs jeux, qui ne se sentent ni anglais, ni japonais parce qu'ils sont nés à Shangai. Toute la sensibilité de ce roman découle de cette amitié.

 

Chez Ishiguro, la lecture reste dans la description d'un moment, d'une sensation, d'une situation, parfois d'un lieu, et l'enquête se poursuit et tout doucement sans crier garde, l'intrigue reste secondaire. Ishiguro, qui a commencé par nous bercer par ces doux souvenirs, nous tire de cette rêverie par une plongée dans la réalité : les luttes de pouvoir, la différence entre les cultures, et surtout nous place sur cette ligne de front au coeur des combats entre les japonais et les chinois.

 

L'intrigue perd un peu de son intensité au fil du récit, néanmoins Ishiguro amène la réfléxion sur l'Histoire qui modifie le cours de la vie des hommes, sur les actes manqués, et le but ultime poursuivi jusqu'au bout comme un achèvenement. Avec Ishiguro, lire c'est décrypter l'indicible, et je me réjouis de lire les autres titres de cet auteur, je sais qu'importe l'intrigue, son écriture est captivante.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
<br /> Si j'ai bien compris, tu n'as pas encore lu Les vestiges du jour? A lire , puis découvrir le film... Excellentissime!<br />
Répondre