Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

Sandition-Jane Austen

9782253169321-T

 

Je n'étais pas sure de vouloir donner mon avis sur Sandition, mais aujourd'hui sur Goodreads je suis tombée sur un commentaire d'une lectrice, comparant l'écriture d'Austen à celle d'Emily Bronté, "Austen est très superficielle" et je pense tout le contraire justement.

 

Rien n'est superficiel chez Austen,  la preuve dans ce texte inachevé qu'est Sandition, le début de ce roman est tellement bien amorcé, que la lady inconnue qui l'a achevé s'en est donné à coeur joie de poursuivre cette histoire.

Sandition est une de ces villes de la côte Sud de l'Angleterre, où s'installent en villégiature les Londoniens pour soigner leurs maux, rien ne vaut l'air marin pour recouvrer la forme et la santé. Austen dépeint la vie des Parker, notables de Sandition, soucieux de faire prospérer la renommée de leur bourgade et d'y faire venir la gentry.

Les Parker rencontrent fortuitement les Heywood, et invite la plus âgée des filles de la famille, à les accompagner à Sandition. C'est à travers les yeux de Charlotte Heywood, que le lecteur découvre la belle société de Sandition, la famille Parker et lLady Denham, et surtout les plages de la côte anglaise et leurs magnifiques cabines de bains.

Ce qui marque dès le début de roman c'est la manière si forte et évocatrice de Jane Austen, à décrire les malades, la maladie et le rapport à la medecine alors qu'elle est elle même fréquemment malade. Car chez Austen, le lecteur devine, lit entre les lignes, s'approprie les non dits et là ou le ton léger et sarcastique d'Austen semblerait si superficiel, il n'en est rien, elle excelle avec cette vivacité d'esprit à rendre si vivant ces personnages et les situations. Dans ces pages écrites par Austen, l'intrigue est si bien plantée, qu'il m'aurait semblé amère de ne pas en connaître le dénouement, je n'ai pas vraiment eu d'a priori sur le fait que ce roman soit achevé par un autre auteur, PD James a elle même publié une "suite" à Orgueil et Préjugés. 

 

La transition reste habile, Austen n'ayant pas démarré le jeu des intrigues entre ses personnages, il ne reste qu'à tisser les liens. Et là aussi, je me suis amusée, car c'est dans un esprit austenien que l'intrigue se construit. En grande amatrice des romans d'Austen, l'auteure inconnue poursuit dignement le récit : la petite communauté de Sandition s'étoffe, les     rapprochements se font, la complicité s'installe, les apparences trompeuses, et les quiproquos sont au rendez vous.

Certes, l'écriture n'est plus celle d'une auteure du 18e siècle, le vocabulaire employé est celui d'une époque plus récente, parfois elle décrit peut être un peu trop les situations, là ou Austen aurait été plus légère, avec du dialogue et des raccourcis laissant l'imagination du lecteur à son affaire, cependant le fil de l'histoire tient la route, et les portraits de certains personnages valent leur pesant d'or.

A travers ce roman, j'ai un peu mieux compris l'engouement pour tous ces romans dits dérivés autour de l'oeuvre de Jane Austen, et je trouve celui ci très réussi car il respecte complètement l'écrivain qu'était Jane Austen.

Je trouve que Jane Austen suscite une admiration chez ses lectrices, pour ma part ce que j'apprécie chez Austen : son état d'esprit frondeur, jamais contestataire, qui plane sur chacun de ces romans. Ces intrigues amoureuses, avec une happy end restent basées sur le schéma directeur, et pourraient constituer des intrigues répétitives, sauf qu' elles présentent toujours une vision personnelle de l'auteure. Elle ne se contente d'en faire des personnages, elle les façonne, les construit, les analyse subtilement et en révèle leur âme. Le Happy end, constitue à mon sens la nature optimiste de l'auteure.

Jane Austen, ne regarde jamais son époque à travers le trou de le serrure, et ce roman révèle une grandeur d'esprit et une gaiété, que personnellement je trouve peu dans la littérature d'aujourd'hui, c'est assez marquant dans ce roman, qu'elle ne pût achever.

Bien sur, Sandition n'est pas écrit de A à Z par Austen, vous penserez à certains moment, non pas possible Jane n'aurait pu écrire cela, puis vous poursuivrez la lecture, piquée au vif de mesurer les écarts sans forcément les pointer comme des faiblesses, car finalement vous attendrez  la scène de bal, la chute de l'histoire ou la grande révélation et la curiosité sera plus forte de connaître la fin.

 

Pour moi, Austen n'est pas une auteure à l'écriture superficielle, la seule question que je me pose : à partir de combien de relectures d'Austen devient-on addict? Allez, il me reste les oeuvres de jeunesse, et Mansfiel Park. pour en savoir plus sur l'autre inconue, qui a achevé le roman c'est chez Miss Alice et à écouter sans modération l'émission de Guillaume Gallienne sur France Inter dédié à Austen, Ca peut pas faire de mal

   
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Missycornish 15/12/2012 20:04


Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi ni avec la personne qui a comparé Jane Austen aux soeurs Brontë. Pour ma part, Jane Austen n'écrit pas sur l'amour, elle écrit sur sa société
corsettée et en montre le grotesque à travers les relations amoureuses de ses personnages. Je pense que Jane Austen était un fine observatrice, et je suis d'accord là avec toi, elle n'est pas
superficielle, en revanche de ce que j'ai lu d'elle (et je suis une fan crois moi!), elle décrit souvent les émotions des personnages masculins de manière superficielle.


 


Les soeurs Brontë ont connu les émois amoureux, pas Jane Austen, je veux dire qu'elle n'est pas capable de décrire la passion amoureuse, tout est toujours en surface, les personnage manquent de
profondeurs et ils ne sont pas des personnages romantiques. Un personnage romantique c'est un Heathcliff, un personnage capable de ressentir des sentiments exacerbés.


Nous avons déformé le message principal de Jane Austen pour lui donner ce cachet commercial, et la vision de la satire social changée en romance s'est faite après le téléfilm, l'adaptation de la
BBC avec Colin Firth, sexy qui surgit de l'eau avec sa petite chemisette humide... Au passage cette scène n'existe pas dans le roman!


 


Enfin, c'est mon avis. J'ai posté pas mal d'articles à ce sujet sur le blog. Bises

RueCamille 10/12/2012 22:09


Je n'en reviens pas !! Moi qui croyait être une fan inconditionnelle de Jane Austen, je découvre grâce à vous un nouveau roman ! Certes écrit partiellement par Miss Austen mais néanmoins c'est
une surprise de taille !


Je pensais avoir lu tous ces romans allant d' "Orgueil et Préjugés" à "Lady Susan", son roman épistolaire, je sais désormais quel sera mon projet achat !


Je viens moi-même de me lancer dans la rédaction d'un blog de critiques et j'ai justement partagé mon coup de coeur pour l'auteure... 

Alice 05/12/2012 13:52


Je sais que ça va sûrement faire snob mais je ne peux m'empêcher de penser que ceux qui trouvent Jane Austen superficielle ou se contente de penser que c'est fleur bleue sont passés à côté de
quelque chose, n'ont pas tout compris!!


 


Et merci pour le lien

nathalia 08/12/2012 09:41



Non, ce n'est pas du tout snob de le penser, j'ai lu ce commentaire sur Goodreads, chacun à sa manière de percevoir un livre mais c'est dommage de s'arrêter à une impression globale concernant un
auteur. Plus je la lis, plus je prends de plaisir ...



keisha 30/11/2012 20:17


Je n'ai pas lu ce roman "achevé" mais le roman inachevé (dommage, hein?). Suis je une JA addict? Euh je crois, j'en ai tout lu, en français et en VO...

nathalia 30/11/2012 20:25



Déja un commentaire, ouaaah, à peine eu le temps de faire les retouches photoshop ... J'ai oublie de noter que l'émission de Gallienne démarre par une intro de V Woolf The Common Reader, le
passage sur Jane Austen, je crois que tu apprécies.


Bah, c'est une saine addiction J Austen.