Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

Une place à prendre-JK Rowling

une place à prendre

 

Cette année, la séléction de Price Minister pour les partenariats de la rentrée littéraire était excellente. Mon choix se porta sur Une place à prendre de JK Rowlings. Comme beaucoup de lecteurs, j'avais envie de retrouver la plume de cette auteure. J'avais aussi grande envie de lire "autre chose" qu'Harry Potter.

 

Une place à prendre se déroule à Pagford dans le Sud Ouest de l'Angleterre, un coin de campagne magnifique à coté de Yarvil. Le roman s'ouvre sur le village et la découverte de ses habitants.

 

Pagford, un petit village, une abbaye, un domaine, une épicerie tenue par Howard Mollison et son associée Maureen, son école et son professeur adjoint Colin Wall, son banquier Barry Fairbrother, son assistante sociale Kaye Thompson, fraîchement arrivée de Londres, un couple de docteurs Les Jawanda, ses avocats Mollison fils et son associé , sa commerçante  de lingerie coquine Samantha. Sans oublier leurs enfants respectifs, une bande d'adolescents, tous scolarisés dans le collège de Pagford: Andrew Price, Stuart Wall, Parminder Jawanda, un "joyeux" pêle mêle de personnages.

Seulement les toutes premières pages s'ouvrent sur le décès soudain de Barry, le banquier, il succombe à une rupture d'anévrisme, et laisse une veuve éplorée et quatre enfants. Et Une place vacante au conseil paroissial, que tout le monde va convoiter au sein de la commune de Pagford.

Bien sur, deux camps s'opposent sur le commune, celui du feu Barry militant pour Les Champs, une cité ou réside les habitants de Pagford plus modestes et l'autre camp porté par l'épicier Howard Mollisson, disons un brin plus conservateurs. Howard va profiter de la mort de Barry, et manoeuvrer pour que les Champs ne représentent plus une charge pour la commune de Pagford. Pour cela, il veut faire élire son fils à la place de Barry.

Cette lecture m'a donné pas mal de fil à retordre, tant je l'ai trouvé longue et ennuyeuse. Il m'a fallu rusé pour arriver jusqu'au bout. J'avais l'impression de me retrouver dans un mauvais épisode de la petite maison dans la prairie ou le scénario se serait soudainement inversé, à savoir que Charles Ingalls décéde (le fameux Fairbrother l'homme de foi et de justice), laissant le pouvoir à Mrs Oleson (l'épicière) et sa fille Nelly, laissant le village de Walnut Grove sombrer dans un égoisme généralisé, une médiocrité touchant subitement tous les habitants, la rumeur sempiternelle alimentant les commérages à travers le fantôme du défunt, et le repli sur soi touchant tous les habitants inhibant leur bon sens, leur gaieté de vivre, leurs volonté de s'entraider, les privant de tous bons sentiments envers les autres laissant toute la tribu d'enfants livrés à eux mêmes. Mais Pardon, je m'égare ....

Enfin pas tant que cela, j'avoue avoir peiné à la lecture de ses portraits tous aussi médiocres les uns que les autres, laissant transpirer une vilénie assez naturelle. Des habitants qui vivent tous le temps avec un masque, se mentant à eux mêmes, à leur proches, voulant à tout prix montrer une bonne image d'eux même et frôlant sans cesse le ridicule. Les représentations sociales abondent dans ce roman, et je ne les ai pas trouvé du meilleur goût, ces personnages sont très stéréotypés, les clichés foisonnent et en tant que lectrice, je me suis engluée, j'ai bien eu du mal à les faire exister dans mon imaginaire. Ma lecture en devenant inintéressante et sans aucun intéret.

A ces personnages du conseil paroissial s'oppose une famille des Champs Les Wheesdom, la mère Terri et ses enfants Krystal et Robbie réunissent  à eux seuls toute la misère du monde, une mère seule droguée peinant à élever ces deux enfants, et son adolescente de fille Krystal endossant toutes les responsabilités à sa place, no future. D'ailleurs, les Champs ne sont évoqués qu'à travers cette famille, un sacré point faible de l'intrigue.

 

Dès le début, le ton est donné et le lecteur devine sans peine que face à ces dysfonctionnements, comportements de cette petite société individualiste, seuls les plus faibles, les plus démunis vont trinquer. Reste à savoir sous quelle forme et qui  là aussi il faut bien attendre 500 pages pour que le dénouement se fasse et que les évènements s'enchaînent avec un telle précipitation, qu'ils n'en deviennent plus crédibles même si la fin est si sombre que je passerai pour sans coeur si je ne l'évoquais pas, oui c'est triste. Mais ma question est la suivante sommes nous vraiment si individualistes au point de ne pas nous soucier du sort d'un enfant de 4 ans ??? Je pense que non, j'ai un avis un peu plus pondéré que Rowling! Ou plus optimiste.

Certes, je comprends le souci d'un auteur a dénoncer les maux d'une époque, de regarder comment tourne la société et d'en dépeindre ses torts et ses travers, et l'éventail est très large chez JK Rowling :racisme, pédophilie, violence physique et sociale, sexe, drogue sans rock'n roll (dommage), comportements d'influence entre adolescents, réseau sociaux, seulement voilà les masque ne tombent jamais et n'aborder ces thématiques d'affilée les une à la suite des autres sous un angle négatif, sans trouver un équilibre, sans souffle militant rendait la lecture longue et pesante. N'est pas Zola qui décide d'écrire sur le genre humain, surtout quand il n'est pas au fond de la mine, car le regard porté par Rowlings m'a semblé plus extérieur, et peu impliqué.

A la lecture de ce roman, un parallèle est évident avec le cinéma anglais actuel de Ken Loach, Mike Leigh ou même Andrea Arnold; (Krystal est loin d'un personnage comme celui de Mia, du film Fish Tank d'Andrea Arnold et pourtant elle se ressemblent tant mais Mia a la rage). L'approche sociale de Rowlings reste à mon avis à la partie visible de l'iceberg, n'en retenant que l'exception, le drame.

  

Je n'ai pas été particulièrement déçue par ce roman de JK Rowling, disons que je trouve que ce roman est assez conforme au dernier tome de la saga Harry Potter, l'intrigue est diluée, sombre, s'étire et le seul regret est de ne pas trouver un peu plus de fantaisie, sa touche d'imaginaire, son génie créatif, son modjo en quel que sorte... Ce roman reste pour moi un OVNI et la page est tournée. 

Ma note : 8/20

Les Personnages de ce roman sur le blog Délivrer des livres

Cliquer sur l'image pour accéder au site de Price Minister

sans-titre.png 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K

Allô! 
Nous avons aussi fait une critique de ce sympathique roman. Peut-être que notre blog pourrait t'interesser. Le tiens nous est très utile pour nos choix de lectures! :) Si tu veux passer faire un
tour, je te laisse l'adresse. http://amourdesmaux.wordpress.com/


Karo & Josiaane.  
Répondre
D

Rebonsoir nathalie, j'avoue avoir "dévoré" les 630 pages en moins d'une semaine; et pourtant les personnages ne sont vraiment pas sympathiques et c'est pas très bien écrit (j'ai été surtout
étonnée de la crudité dans le langage). J'ai été contente de l'avoir lu pour enfin me faire une opinion sur Mme Rowling (je n'ai lu aucun Harry Potter). Bonne soirée.
Répondre
N


Il n'y a pas de lectures inavouables, et si tu découvres JK Rowlings, ^sa plume est tres agréable, c'est vrai que les personnages sont très désagréables, d'ailleurs ils m'ont rappellé ceux
des séries TV,  mais je ne crois pas que c'est cela qui m'a déplu, c'est plus des petits soucis de cohérence, la crudité du language permettait d'introduire une certaine réalité, sauf que
j'ai eu beaucoup de mal à me voir la réalité de ce récit.


Enfin tu as du passer un bon moment de lecture, ce qui n'a pas été mon cas, j'avais quand même envie d'aller au bout car le dénouement n'est pas si évident à deviner.



M

Toujours pas lu "Harry Potter", et celui-ci ne me tente pas du tout !!!
Répondre
N


Non, je te comprends, rassure toi, j'ai lu Harry Potter dans une période ou je ne lisais plus du tout et je me suis lu les trois premiers tomes en quelques jours, ça m'a rappelé à quel point la
lecture était un plaisir mais il m'a fallu quelques années encore avant de reprendre le chemin de la lecture, j'étais jeune ...


 


C'est pour cela, j'apprécie l'auteure JK Rowling quelque part, je la remercie et pourtant je n'ai pas trop aimé ce roman, j'ai essayé de ne pas trop dézingué ce roman car la n'est pas le
but, et puis d'autres lectrices l'ont apprécié moi beaucoup moins. Bonne lecture pour ton week end ... A voir pour la suite.



K

Ouh là, 8/20. Mais tu as argumenté! Pour ma part, le mur de Une place à prendre en librairie ne m'a pas tentée.
Répondre
N


Oui, j'ai vu les murs également, c'est toujours étonnant de voir le déploiement marketing, c'était déja le cas en Angleterre en Juin dernier lors de mon dernier séjour, alors que le livre n'était
pas encore disponible ... Je suis rentrée avec quelques Chritie's en VO, je vais tenter de m'y mettre ...



Z

ah ouais, 8/20 quand même. Bon, je devrais m'y mettre bientôt donc on verra bien...
Répondre
N


Bon, ne te laisse pas influencer par mon avis, je travaille dans le "social", donc j'ai un peu nuancé le côté romanesque de cette histoire, - J'ai quand même pas mal trainé pour le lire malgré
tout, je suis contente d'être allée jusqu'au bout. Bonne lecture!