Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

Il faut beaucoup aimer les hommes-Marie Darrieusecq

Il faut beaucoup aimer les hommes-Marie Darrieusecq

Est-ce qu'il la voyait comme une blanche ? Est-ce que -pire- il était là parce qu'elle était blanche ? Elle avait déjà été aimée pour ses fesses, pour son talent, pour sa notoriété, jamais pour sa couleur. Ou bien tous les hommes, tous les Blancs qui l'avaient désirée jusque là ne l'avaient fait qu'à cette condition qu'elle était blanche. En Occident, il est noir et elle est blanche; en Afrique il est un homme et elle est une femme. Malgré leurs tentatives de rébellion, partout on tente de leur imposer une manière d'être et de penser.

J'ai débuté la rentrée littéraire, par ce roman de Marie Darrieusecq, conseillé par ma libraire. Sceptique j'étais, je craignais à un plaidoyer littéraire sur le racisme. Ce roman m'a étonné par sa forme.

Solange, actrice française fait carrière aux States, lorsque le lecteur fait connaissance, elle tourne avec Matt Damon. C'est la sucess story à LA, elle enchaîne les tournages, pas de grands rôles encore, cependant son agent la presse d'accepter un rôle dans la série Urgences. Elle vit à Bel Air, résidence avec piscine et ses voisins sont Steven, le réalisateur, Georges (et oui l'unique), Favour et Fred.

Lors d'une réunion" soirée cocktail entre collègues acteurs, Solange va rencontrer le superbe Kouhouesso, acteur canadien d'origine camerounaise, personnage mystérieux, qui restera insaisissable durant tout le roman.

Pour Solange, les carottes sont cuites, elles tombe sous le charme irrésistible de ce mâle, une force attractive et quasi animale. Elle débute une relation, quasi unilatérale, Kouhouesso faisant irruption dans sa vie, quand cela lui chante, ou à travers des SMS au contenu bien évasif, que Solange interprète comme des marques d'affection. Aussi s'interroge-t-elle souvent sur cette relation et comme une évidence, la couleur de peau va entrer au cœur de ses interrogations???

Kouhouesso est plus captivé par son projet cinématographique : adapter le roman de Conrad Cœur des ténèbres, qui avant inspiré à Francis Ford Coppola le film Apocalypse Now. Le film sera. financé par Oprah et George, qui sera à l'affiche du film avec Vincent Cassel. Kouhouessso constitue son équipe et part tourner aux sources, en Afrique, au Congo. Solange, à qui il a donné le rôle de "La promise", se joint à l'équipe et ira jusqu'au bout pour l'amour de son bel et ténébreux amant.

Ce roman m'a beaucoup étonné par sa fantaisie : l'intrigue débute à Hollywood, et plonge le lecteur dans l'univers cinématographique. L'ambiance reste superficielle, cependant le ton n'est jamais cynique : belles villas avec piscine, luxe, grands couturiers sans déballage excessif (ambiance rappelant celle des deux derniers films de Sofia Coppola The Bling Ring et Somewhere), Solange n'est pas toujours très à l'aise dans cet univers.

Beaucoup de références cinématographiques, qui m'ont parlé en tant que cinéphile (Steven Sodebergh et Terrence Malick). Certains acteurs sont nommés, d'autres non mais il est aisé de deviner, qui ils sont.

L'intrigue se veut dans un premier temps amoureuse, puis elle bascule face aux interrogations de Solange, et à ce grand projet de tourner en Afrique et d'embarquer tout cette équipe d'acteurs là bas.

Marie Darrieusecq, lie très bien les deux thèmes le monde des apparences et le racisme grâce à cette réflexion sur l'altérité et la relation à l'autre, que voit-on au delà du physique?

Elle insiste plus sur les comportements, les petites réactions anodines au quotidien, le personnage de Solange, lui même semble éblouie par la plastique de Kouhouesso, avant tout. Marie Darrieusecq ne dénonce rien, elle se contente de décrire, et strates après strates, elle déploie l'éventail avec limpidité. Bien sur, c'est le point de vue de Solange, qui reste le plus détaillé.

De fil en aiguille, elle tisse l'histoire, les premières passages ou elle décrit l'attente de Solange sont agréables, le côté fleur bleu Solange ...Puis, elle conduit ce couple improbable, de LA, à Paris, puis à Clèves, le lieu refuge de Solange et jusqu'en Afrique, dans un scénario catastrophe, souvent annoncé.

A chaque étape, des contraintes, les proches qui découvrent Kouhouesso et l'immersion en Afrique pour Solange est fatal, elle découvre un continent, un mode de vie, les fameux sachets whisky, des croyances, des coutumes, et souvent des hommes incapables de confronter leurs différences culturelles, lorsque l'équipe de tournage doit travailler avec les gens du crû.

De lui, de cet homme qu'elle aimait, de lui dont elle apprenait les goûts, l'histoire, le plaisir, la force , le talent et le manque d'humour, de lui dont elle commençait à redouter les humeurs, de lui elle ne savait rien. ...

Ce phénomène non magique la faisait attendre un homme dont ses ancêtres à elle avaient asservi et massacré les ancêtres. L'exploitation et le massacre se poursuivaient, apparemment, se poursuivaient, oui, avec l'assentiment de certains des siens, mais sans jamais que les siens ne lâchent leur position de dominant.

Si le roman démarre dans la fantaisie, il ne reste pas toujours sur le même registre, quelques approches politiques, sur le discours de Dakar, un avis partagé.

Et, l'intrigue bascule, un dénouement un peu sévère pour Solange, heureusement le chapitre bonus m'a rassuré sur la suite de sa carrière. Le personnage de Kouhouesso reste pour moi une métaphore de l'Afrique, beaucoup de charme, et tout aussi insaisissable.

J'ai apprécié ce roman, à la touche féminine, aux idées engagées et je me suis laissée guidé dans ce voyage proposé par l'auteure. Une auteure, qui semble intervenir en voix off, indispensable pour gommer la candeur de Solange.

Challenge 1% Rentrée Littéraire chez Hérisson- 1/6

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Je vais commencer par Clèves !
Répondre
N
Tant mieux, Cuneipage avait donné tres envie de lire Clèves avec son avis.
Tu risques de mieux capter le lien entre la Solange de Clèves et celle de ce roman :)
D
j'ai entendu une bonne critique sur le masque et la plume qui ajouté à ton billet du coup me donne des remords
Répondre
N
Loo, oui le point de vue féminin est nettement plus développé, je ne suis pas non plus une grande fan d'histoire d'amour, je l'ai justement trouvé très actuelle; et pas conventionnelle du tout.
L
Un livre qui m'intéresserait plus pour le séjour en Afrique que pour cette histoire d'amour. Et puis le fait qu'un personnage soit plus détaillé que l'autre m'interpelle. C'est peut-être volontaire. Non ?
N
Oui, j'ai lu sur le blog de Cuneipage, un petit résumé de cette émission, que je n'ai pas écoutée.

Bah, il ne faut pas avoir de remords, Dominique tu auras surement l'occasion de tomber sur ce roman soit à la biblio ou ailleurs, il faut écouter son instinct aussi. Et lire d'autres avis ...Je ne suis pas sure que la trame fantaisiste du roman de Marie Darrieusecq plaise tant que ça à tous les lecteurs, c'est très drôle pourtant.

Cependant l'immersion en Afrique de Solange m'a beaucoup plu, Marie Darrieusecq réussi vraiment à faire passer un message très fort sur un sujet délicat sans choquer, sans heurter, sans polémique, et sans être consensuelle non plus, pour moi elle utilise vraiment la littérature pour faire passer quelques bonnes idées et un message, ça mérite d'être souligné.

Et puis, les médias s'emploie à souligner la référence à Marguerite Duras, à cause du titre mais pour moi, c'est vraiment Conrad et le roman Cœur des ténèbres, qui est la référence dans ce roman ...

Ensuite, le roman n'est pas un total coup de cœur, non plus, je vais essayer d'écouter l'émission du Masque et la plume pour voir ce que les chroniqueurs en on pensé, cette émission de Dimanche fait parler d'elle et ça serait pas mal que je l'écoute pour une fois, merci de m'avoir alerté.
M
Cette auteure ne m'attire pas beaucoup mais j'y viendrais peut-être ...
Répondre
N
Moi non plus, je n'étais pas convaincue du tout et puis ma libraire, qui n'a pas apprécié ces romans précédents, a été plutôt enchantée de sa lecture.
Donc je me suis dit Why Not? le sujet me plaisait également. Je ne sais pas si je vais récidiver, on verra bien.
D
Une auteure que je n'ai jamais réussi à lire, je ne parviens pas a m'intéresser à son écriture et à ses histoires
Répondre
N
Je te comprends, j'ai moi aussi du surmonter mes apriori avant de la lire. Je me suis fixée de lire au moins 3 romans français cette année pour la rentrée littéraire.
J'ai souvent du mal avec les auteurs de chez P.O.L, mais là avec ce roman je me suis réconcilié.

Ma libraire l'a apprécié et je lui ai fait confiance. M Darrieusecq a réussi à me surprendre par sa fantaisie, son analyse et je partage beaucoup son regard sur le racisme, exit les clichés, et elle donne très envie de découvrir "Conrad" et le roman Cœur des ténèbres.