Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

Just Kids-Patti Smith

Just Kids-Patti Smith

"Ce printemps là, quelques jours à peine avant les Rameaux, Martin Luther King s'est fait abattre au Lorraine Hotel à Memphis. Dans le journal, il y avait une photo de Coretta Scott KIng, le visage inondé de larmes derrière sa voilette de veuve, en train de réconforter sa plus jeune fille. J'ai essayé d'exprimer mes sentiments dans un dessin ou un poème, mais j'en ai été incapable. On aurait cru que chaque fois que je voulais exprimer l'injustice, les mots justes me fuyaient inexorablement.

Robert m'avait acheté une robe blanche pour Pâques, mais il me l'a donné le Dimanche des Rameaux pour apaiser ma tristesse. C'était une "tea dress" victorienne en lin élimé. Je l'ai adorée. Je la portais dans notre appartement : une fragile armure contre les sinistres présages de 1968"

Ce 22 Juillet 2013, Patti Smith a donné un concert dans l'enceinte fortifiée de Carcassonne, l'endroit est sublime. Je connaissais l'artiste, écoutait volontiers ses albums : Horses, Easter pas en boucle. J'étais simplement venu écouter la chanteuse et la performance de l'artiste m'a transportée. L'énergie de Patti Smith reste intacte, on la devine aujourd'hui tel qu'elle était dans ses débuts, elle dégage une vitalité INCROYABLE, une énergie communicative transformant une heure et demi de concert en moment inoubliable, j'en frissonne encore.

C'était donc le moment opportun pour me plonger dans Just Kids, que j'ai dans ma bibliothèque, depuis sa sortie. Là aussi, elle m'a étonnée, je m'attendais à un roman auto biographique axé sur sa carrière musicale et là aussi, elle m'a transportée.

1967, Patti Smith, celle que l'on surnomme la fille de Dracula part pour New York, "ville bruyante et sexuelle'

"Je dessinais, je dansais, et j'écrivais des poèmes. Je n'étais pas douée mais j'avais de l'imagination ... Cet été là, j'ai trouvé un boulot dans une usine non syndiquée; j'inspectais des guidons de tricycles. Les conditions de travail étaient calamiteuses. Je m'échappais par la rêverie en travaillant à la pièce. Mon plus cher désir était de d'entrer dans la fraternité des artistes : la faim, leur façon de s'habiller, leurs rituels et leurs prières. je claironnais à qui voulait l'entendre que je serais la maîtresse d'un artiste. Pour mon jeune esprit, c'était le comble du romantisme. Je m'imaginais comme Frida avec Diego, à la fois muse et créatrice. Je rêvais de rencontrer un artiste pour l'aimer, le soutenir et travailler à ses cotés"

C'est l'été ou Coltrane disparait, elle rencontre Robert Mapplethorpe, ils sont tout deux employés à la librairie Brentano's, elle comme caissière à la succursale, lui dans une des librairies plus loin. Leur rencontre est décisive, une relation amoureuse s'engage, que Patti Smith dépeint comme une "fraternité de bohême", leur engagement mutuel se base sur leur passion de l'Art, une collaboration artistique, unique, de longues heures de dessins, de lectures et d'écoute musicale. L'époque est propice, et leur sensibilité ouverte à toute formes d'expressions artistiques.

Passionnée par l'art, elle lit très jeune des biographies d'artistes et des ouvrages sur l'Art : Diego Rivera, Modigliani, Buffet, Fra Angelico. Rimbaud reste son auteur de prédilection avec Jean Genet, elle dévore les Illuminations et son emploi de libraire chez Scriner's va lui permettre de gagner sa vie, ses débuts à New York sont raides. Puis, le couple va quitter Brooklyn, pour l'Hotel Chelsea, un repère d'artistes ou s'isolent les artistes underground plus ou moins célèbres des 70's. Le tableau qu'elle dépeint reste assez fidèle de l'idée que l'on peut se faire de cette époque, vivre l'art au quotidien, créer et laisser l'imaginaire prendre le dessus, car être artiste demande en plus du don, du travail et l'intelligence d'exploiter cette capacité soit en collaborant, soit en se nourrissant des autres, la sacro sainte inspiration...

Et la liste des artistes, qui ont inspiré le couple Smith-Mappeltorpe est longue, parmi les plus marquants planent l'ombre de Jim Morrison, Jimmy Hendrix, Janis Joplin et Allen Ginsberg, pour les plus connus ...

Just Kids reste un hommage à Robert Mappeltorpe, le compagnon d'une vie, tout du moins des débuts de Patti Smith, car leur relation va finir par s'étioler pour prendre le chemine de l'amitié. Leur pacte fondé sur la confiance mutuelle "Je crois en moi, je crois en toi" reste mémorable et leur complicité ne prendra jamais fin. Mapplethorpe, très attiré par le courant pop art et l'art d'Andy Wharol, devient photographe. Sa personnalité extravagante et troublante, le conduit à repousser les limites de l'art, il encourage Patti à écrire, et sera pour elle une source d'encouragements. Lui se trouve comme photographe, Patti poursuite sa quête d'elle même. La musique ne viendra que par la suite pour la chanteuse Smith, étrange pour ce couple qui au départ partageait le dessin comme credo.

Il m'est apparu comme une évidence que la littérature accompagne sans cesse Patti Smith, étonnante connexion que celle de la littérature, la peinture et la musique, que l'on retrouve chez elle. Elle relate avec précision les livres de son enfance, et ceux qui ont accompagné les moments de sa vie. Sa vie d'artiste se construit et se nourrit d'auteurs, pas étonnant de trouver les fantômes de Kerouac, Burroughs, Ginsberg, plus étonnant Nancy Mitford, Jean Genet et les mémoires de Crazy Horse.

Ce que je retiens d'elle "Certains d'entre nous sont nés rebelles. L'idée que nous naissons dans un monde ou tout est organisé par ceux qui nous précédent m'a immédiatement paru oppressante. Je me suis escrimée à refouler mes pulsions destructrices et travailler au contraire mes pulsions créatrices. Cependant, la petite insoumise qui sommeillait en moi ne s'était éteinte"

Un texte magnifique sur le sens d'une rencontre humaine et artistique, l'écriture est sincère et romanesque, très romanesque, et je ressens toujours les vibrations.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article