Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

Orgasme à Moscou-Edgar Hilsenrath

Orgasme à Moscou-Edgar Hilsenrath

Au départ, mon idée était de lire Fuck America, du même auteur, indisponible au moment du prêt, donc je prends celui ci. La couverture ambiance pop art est repérable et le roman est également illustré, un roman soigné et très agréable à la lecture.

J'ai commencé avec l'idée que je n'allais pas le terminer et bien, belle erreur d'appréciation. L'histoire démarre étrangement, un temps d'immersion est nécessaire, l'ambiance est décalée, un roman d'espionnage, un petit côté anti-James Bond réussi.

New York, année 1970, le parrain Nino Peperoni et son avocat et consigliere Slivovitch embauche S Kalop pour une mission bien spéciale. Ce dernier est un passeur, comprendre qu'il va devoir faire sortir de Russie, le scientifique spécialisé en armement Serguei Mandelbaum.

Anna-Maria, la fille chérie de Nino Peperoni, a connu son premier orgasme dans les bras de ce Don Juan russe lors d'un voyage à Moscou. Les deux "amoureux" ne peuvent vivre l'un sans l'autre, et la guerre froide les oblige à vivre de part et d'autre du rideau de fer, un vrai drame shakespearien. (j'ai préféré retenir cette version de l'histoire, comprendre qu'entre la new yorkaise et le moscovite pas de guerre froide c'est plutôt charnel, mais pas que, ils passent leur temps au lit à lire Soljénystine Une journée d'Ivan Denissovitch).

Malgré l'influence de son père auprès de la Maison Blanche, le parrain mafieux Nino, -qui ne supporte par la comparaisons avec sa version cinématographique du Parrain avec Brando- n'a pu trouver de solutions pour faire sortir le russe légalement. La belle Anna Maria est maintenant enceinte, et c'est une question d'honneur pour les Peperoni, le mariage doit avoir lieu avant la naissance du petit

.

S Kalop est donc chargé d'embarquer pour Moscou et d'ex filtrer Serguei Mandelbaum, le seul problème S Kalop est un dépeceur sexuel, et Nino Peperoni ne peut prendre le risque qu'il s'en prenne à son futur gendre. Un léger souci que seule la mafia peut régler, pour contenir les pulsions meurtrières d' S Kalop.

Edgar Hilsenrath conçoit ce roman comme un divertissment. Au premier abord, ce roman semble peu sérieux : drôle (jeu de mots à profusion, et échanges verbaux décalés), des personnages sympathiques et typés: un parrain mafieux et sa fille archi gâtée, un agent autrichien, un scientifique russe coureur de jupons; une surenchère de situations loufoques et improbables : un amour impossible, une mission vouée à l'échec, la traversée de deux frontières dans les pays de l'Est, quelques scènes sexuelles, un mariage roumain pour dépayser, deux séjours : l'un à New York City et ses soirées torrides dans le monde de l'édition et l'autre à Moscou avec visite guidé en taxi, un détournement d'avion par des terroristes. Pas une minute de répit dans ce récit bien construit, quelques passages grivois, et le contexte politique des années 1970 qui se dessine, au fil de l'intrigue, là aussi tout le monde en prend un coup, Etats Unis, Israêl, Europe, URSS, un ton bien flinguant.

J'ai été surprise de découvrir la bio d'H Edgar Hilsenrath, juif allemand émigré aux Etats Unis, il a connu le ghetto durant le seconde guerre. Nul doute que son roman Nuit, évoquant le ghetto me fait de l'œil, je ne risque pas de rire autant, cependant si le style est équivalent, il faudra le coup d'œil. A Suivre donc, et intéressant de découvrir cet auteur, il a du faire chanceler la belle société lors de la publication de ce roman, son sens de l'humour n'a pas du être partagé par tous.

Orgasme à Moscou n'est pas un indispensable, quoique ??? Un de ces romans déjanté bien divertissant, à lire en dilettante, c'est bien barré avec un charme fou.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Theoma 20/10/2013 19:21

ça m'a l'air bien déjanté, je suis preneuse !

Nathalie 21/10/2013 18:48

L'auteur ne se prend pas du tout au sérieux, c'est sur, des passages un peu hot, un peu cru pas toujours de bon goût, ça n'empêche pas du tout de repérer son talent d'écrivain, surtout ne pas se formaliser.

Je viens de terminer Fuck America et là encore, ça démarre pas sérieux du tout pour finalement déboucher sur un moment de vérité assez inattendu. Je ne suis pas déçue.

Syl. 04/09/2013 20:18

Plus le nom de l'auteur que le titre, vais-je noter... Je me renseignerai sur ses livres.
"Le dépeceur sexuel" me fait peur !!!

Nathalie 07/09/2013 10:20

Tu as raison, S Kalop est horrible, mais bon le talent d'Hilsenrath c'est d'en faire un personnage hors du commun. Je ne sais comment sont les autres romans de l'auteur, à suivre ici et sur d'autres blogs peut être ...

summerday 26/08/2013 10:29

Coucou! Je n'ai lu que Fuck America de cet auteur, que je te recommande chaudement. Le sujet est différent car il raconte l'histoire d'un immigré allemand juif et son american dream qui déchante bien vite. Le récit est terriblement cynique mais c'est aussi sa force. Ce qui est important c'est qu'au bout d'un moment le lecteur comprend que le héros, même s'il est détestable, porte un poids terrible, celui de la mémoire de sa famille, de l'holocause, de l'Histoire. On est même ému à la fin. C'est un bouquin assez puissant. J'ai hâte de lire d'autres livres de Hilsenrath.

Nathalie 28/08/2013 21:41

Summerday, Ton commentaire me motive vraiment à lire Fuck America, j'ai beaucoup aimé l'écriture d'Hilsenrath et son talent, Orgasme à Moscou a tout d'un véritable "nanar" et pourtant j'ai pris beaucoup plaisir à le lire. Merci pour ton avis éclairé.

keisha 23/08/2013 08:05

J'ai un a priori positif pour le barré (au point d'avoir cette rubrique dans mon blog) mais là, bon, je pourrais voir avec un autre roman , il doit y en avoir à la bibli.

Nathalie 28/08/2013 21:36

Ok, je suis contente :) j'ai pu trouvé Fuck ... A suivre donc :)

keisha 24/08/2013 07:44

Fuck et La nuit, bien sûr (j'ai feuilleté, cela a l'air l'air et un peu autobiographique, et intéressant)
Aaaah Catherine Dufour... J'espère que tu survivras! Mais moi qui n'aime pas trop ces atmosphères,j'ai été happée.
Rentrée littéraire : oui, mais n'oublions pas les valeurs habituelles, je sens que les copines blogueuses font le tri actuellement; je me contente en gros des biblis. (même si j'ai reçu quelques SP, mais pas tant que d'autres)(je trie beaucoup en amont, et puis je ne suis pas sur les listes faut croire ^_^)(se dire qu'on lira le bouquin dans quelques mois, ou pas, et voilà!)

Nathalie 23/08/2013 18:42

Ah, lesquels??? J'espère que tu ne seras pas trop déçue, faudra me dire ce que tu en penses même si c'est en OFF, comprendre même si tu n'en parles pas sur ton blog ...

Je vais essayer d'emprunter Fuck America, demain et j'ai réservé La Nuit, ce n'est pas raisonnable en pleine rentrée littéraire.

Ah, Catherine Dufour me donne du fil à retordre, elle écrit très bien pas de doute bien mieux que certains romanciers français, je ne citerai pas les noms mais certains feront la une de la rentrée littéraire. Avec cette intrigue j'ai l'impression de m'enfoncer dans les limbes. Là je fais une pause à peu près à mi parcours, pas évident à lire, cependant c'est comme une bouffée d'oxygène, ça casse la routine de lecture et j'apprécie.

keisha 23/08/2013 17:37

Je reviens de la bibli, deux titres d'Hilsenrath, d'autres que celui ci.

Nathalie 23/08/2013 13:05

C'est pas mal réussi, au départ je pensais ne pas aller jusqu'au bout et finalement, certains passages m'ont fait sourcillé, et ça passe sans problèmes. Un petit délire, pas indispensable. Va falloir que j'aille faire un tour dans ta rubrique barré, de temps en temps changer de genre, ça me plait.