Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

Les règles du jeu-Amor Towles

les-regles-du-jeu-M72542.jpg  

New York nuit de la Saint Sylvestre à la veille de l'année 1938, Katey et Eve, co locatrices profitent de la nuit pour écouter du jazz avant les douze coups fatidiques; elles font connaissance avec Tinker Grey un banquier de Manhattan. 

 

 

Alors que le jour, Katey travaille comme dactylo, la nuit elle retrouve Tinker et Eve pour des nuits endiablées ou les martinis, gins et whisky coulent à flots et le jazz s'écoute sans limite. Les deux jeunes femmes sont d'origine modeste et se sont juré une amitié indéfectible. Avec Tinker, elles changent de quartier pour gagner les milieux plus chic de Manhatan et l'Upper East Side.

 

 

Jusqu' au moment où le trio assez insouciant doit faire face aux aléas de la vie, laissant Katey face à elle même et à ses ambitions, vous en dire plus serait dommageable tant ce roman libère toute l'ambiance vintage de 5th Avenue.

 

 

Autant le dire, l'histoire se devine sans grande difficulté, elle défile tout en révelant des personnages, à l'origine  superficiels et stéréotypés (Tinker est beau et riche, Eve opportuniste et délirante, Katey sérieuse et débarquée de sa campagne), qui prennent de l'épaisseur et ne se révèlent pas être ce qu'ils semblent être.

 

 

De même, je m'attendais à l'histoire du jeunesse dorée, et petit à petit le récit s'étoffe et gagne en profondeur, la griffe de l'auteur  démarre par un texte fondateur Les règles de bienséance et de bonnes manières dans le monde de Georges Washington (les fameuses règles du jeu), passage bref je vous rassure.  

 

 

Puis, l'auteur nourrit l'histoire de références littéraires "à tomber", tout du moins à mon goût : Les grandes espérances de Dickens, la grande Agatha, Dame Wharton, ce livre est habité par de grands noms je ne vous les cite pas tous pour vous en laisser le plaisir de la découverte. C'est dans ces évocations, que résident la saveur du récit.

 

 

Un récit, dont la mélancolie n'est pas sans rappeler celle des romans Fitzgerald assurément (c'est écrit sur la 4ème de couverture). Et surtout un chassé croisé amoureux, tout en subtilité laissant supposer que même les moments les plus courts, vécus avec intensité peuvent remplir toute une vie!

 

 

C'est dans sa passion du jazz que l'auteur m'a capté, ce morceau de Billie Holiday "Autumn in New York," que je ne connaissais et qui marque un des moments les plus opportuns du roman, mais cela je ne l'ai  découvert qu'à la fin bien sur. Car le charme de ce roman agit surtout en bout de parcours et c'est tant mieux, à consommer sans modération (j'écris cela car l'alcool coule beaucoup dans ce roman et pourtant je n'en suis pas sortie grisée!)

 

5k34gh       f-scott-fitzgerald-an-american-icon-1

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> Moi aussi, je note. Il conviendrait à un de mes challenges.<br />
Répondre
L
<br /> Je note, je pense que ça pourrait me plaire !<br />
Répondre