Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathalie bouquine

La rigueur, moi ça me gâche le plaisir de la lecture, je préfère me laisser porter de page en page et de livre en livre. Holden, mon frère-Fanny Chiarello

Sukkwan Island-David vann

david-vann-sukkwan-island,M32115

Depuis quelques mois déja, Sukkwan Island avait trouvé sa place des les rayonnages de ma bibliothèque sans être lu. Sukkwan Island est un coup de foudre, c'est un roman précieux, rare et terrible à la fois.

 

J'avais envie de laisser de coté momentanément les deux volumineux classiques, que je lis en même temps que sont Anna Karénine de Tolstoi et Les grandes espérances de Dickens, pour me consacrer à une lecture nature writting, que j'imaginais sereine et tranquille. Je n'ai pas été déçue.  

haut book 490

 

 Cette fois ci, destination les grands espaces de l'Alaska, et ces îles abandonnées, peuplées par les ours, et eaux saumâtres remplis de saumons et de Dolly Varden. James Edwin Fenn vient d'acheter un terrain et une cabane sur Sukkwan Island, pas un voisin a moins de trente kilomètres. L'isolement le plus totale. James emmène son fils Roy, agé de 13 ans sur cette île durant un an. L'adolescent est le fils, issu du premier mariage de Jim, et n'a pas grandi auprès de son père.

 

Tout a basculé dans la vie de Jim. Après deux mariages suivis de deux divorces, lassé par sa vie et sa profession de dentiste, sans stabilité affective réelle,   James n'a pas le profil du père de famille idéal. Aussi quand il décide d'acheter ce terrain pour rompre avec sa vie, c'est le choix de cette vie au contact de la nature, qu'il fait.  Séparé de son fils, il lui propose de l'emmener, Roy étudiera durant cette année au grand air par lui même.

 

Il y a vraiment deux histoires, l'une tourne autour  de l'apprentissage de la nature, la nécéssité de survivre face à cette hostilité car même si elle procure une vraie liberté, la nature reprend toujours ses droits et l'autre histoire entre le père et le fils.

 

C'est un livre bouleversant, heureusement que cette lecture est rapide tant elle est intense, car c'est l'histoire d'une épreuve. Isolés dans cette nature, qui ne leur fait pas de cadeaux, face à eux même, Jim et Roy vont devoir se faire l'écho l'un de l'autre. Or dès le départ, le père et le fils ne sont pas en phase, des non-dits, des silences, de la pudeur, une immersion sensée les rapprocher, qui va déraper et vite se transformer en conflit intérieur, pour le fils qui regarde son père se perdre et le père qui veut à tout prix reprendre le cours de sa vie, en lui donnant un sens.

 

Il est difficile d'aller plus loin dans l'évocation de cette lecture sans en dévoiler l'intrigue, qui est vraiment unique et puissante. Dans ce roman, la nature renvoie l'homme à son instinct primaire de survie, le face à face avec soi même et l'isolement sont vraiment les clés de cette histoire, la nature est belle, elle est riche, elle apporte de quoi se nourrir, du bois, des fruits, elle apaise par le labeur et la bonne fatigue, elle est hostile à travers les ours et autre animaux de la flore, elle est imprévisible et rude avec ses conditions météo, et bien que nos deux personnages essaient de trouver un équilibre avec elle, une forme d'épanouissement ils se révèlent tout entier pour le meilleur et le pire aussi.

 

 logonaturewriting1

 

 

 

  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D


Rebonjour, et bien moi, j'ai trouvé ce roman assez épouvantable: trop noir et à la limite du grotesque. Et puis l'écriture n'est pas terrible. Depuis j'ai appris que le texte de Sukkwan Island
n'avait pas été traduit intégralement et que les deux grands chapitres qui composent le roman ne sont pas dans l'ordre. Bonne journée.



Répondre
N


C'est un roman de Nature writting, l'auteur cherche plus à interpeller sur les émotions et la sensation, c'est un genre littéraire. Je me suis procurée A legend of suicide la VO, apres c'est le
choix de l'éditeur de le publier comme ça!



M


Ah, ah !!  tu n'as pas pu attendre la fin de tes deux pavés !!! Et je vois que tu l'as dévoré ...



Répondre
N


Ouais enfin tout ca c'est bien ta faute , vu que je suis allée trainer sur ton blogue hier matin et je l'ai lu dans
l'apres midi, vraiment excellent! un super moment de lecture.



A


Je suis d'accord avec Richard mais je le mettrai dans un order différent ; il a été d'abord pour moi dérangeant et ensuite époustouflant. J'ai été très contente lorsqu'il a reçu son prix Médicis
Etranger 2010 bien mérité.



Répondre
N


Bon tout le monde est unanime sur ce roman...c'est un prix mérité. @bientot Anne!



K


Quoi! Tu lis deux pavés en même temps? Pour ma part un seul suffit, et en parallèle des romans courts. mais bon, tu fais comme tu veux!!! ^_^


La nature dans Sukkwan Island, yes...



Répondre
N


Oui alors, je reconnais avoir mal calculé mon affaire, je n'ai jamais lu Dickens et vraiment ca vaut le coup,


pour Anna Karénine c'est une lecture de groupe environ 100 pages a la semaine, autant te dire que je préfère de loin Dickens à Tolstoi


Pour Sukkwann Island, oui pour la nature je me sentais perdue sur une île tel robinson!



R


Tu as réveillé en moi un excellent souvenir de lecture.


Un roman puissant et dérangeant !!



Répondre
N


Oui Richard, ça laisse une drôle d'impression! J'ai vraiment beaucoup aimé!